Imaginons les êtres humains comme des lettres…O et C.

L’être humain est comme un C qui tente continuellement de rassembler ses morceaux dans le but d’un jour former son O parfait ! La partie ouverte du C étant les blessures, les épreuves et évènements non compris de notre vie. C’est un peu comme un         ‘’bobo’’ à l’air, ça fait mal !! C’est pour cette raison que bien souvent l’être humain cherche à mettre un bandage sur la plaie, de cette façon la douleur est atténuée, ça devient plus supportable et plus confortable, souvent tellement confortable qu’on en oublie même qu’il y avait une plaie. Et bien entendu, la  solution la plus près est de trouver un autre C et qu’ensemble nous formions un O!

Et puis un jour, l’autre C que nous avions rencontré, fait du travail personnel, des apprentissages et commence à manquer d’air car son C devient de plus en plus fermé…il cherche donc à se retirer afin de trouver un autre C au même stade que lui. À ce moment, la plaie se retrouve de nouveau à l’air… et ça recommence à faire mal. À ce stade ci, l’être humain a deux choix, soit il retrouve un autre C au même niveau d’évolution que lui (une patch !) ou bien il choisi de s’occuper de ses blessures afin de fermer son C et d’être en meilleure harmonie avec lui même.

Au fil des ans, l’être humain grandis, évolue, à travers les épreuves, les obstacles de la vie. À chaque opportunité que la vie lui envoie, si la personne fait un apprentissage  de ce qu’elle a vécu, elle devient plus consciente et referme un peu plus à chaque fois son C et se rapproche de son O. Avoir l’humilité de reconnaître ce que nous avons à apprendre dans les évènements de la vie n’est pas toujours choses simple, cependant c’est ce qui nous permets d’avancer et d’évoluer. Plus nous refermons notre O, plus nous apprécions la qualité de personne que nous sommes et plus nous reconnaissons notre valeur. Ce qui a pour effet de ne plus compenser nos carences par l’amour de quelqu’un d’autre, d’achat matériel, d’excès d’alcool ou de drogue. C’est ce que l’on appelle le bonheur, le VRAI, le bonheur à l’intérieur de SOI, et non dans ce qui se trouve autour de soi. Vous imaginez à ce moment ci de votre vie quand vous rencontrez une autre personne qui a elle aussi complété son cercle, wow ! Ça devint un partage mutuel, un  échange entre deux êtres, deux âmes, un infini de possibilité.

©Ariane Laberge

Pour visionner la vidéo de la théorie, expliqué par mon ami David Bernard, c’est par ICI